2-62-18. H. Poincaré to Gaston Darboux

[Ca. 09.1908]11Ce document du fonds Darboux a été rédigé par Poincaré en vue de sa campagne pour le prix Nobel de physique, vraisemblablement à la demande de Darboux, qui avait été sollicité par le Comité Nobel de physique (voir Darboux au Comité Nobel, 19 janvier 1909, § 2-62-20). Une liste semblable à celle-ci a été trouvée dans une collection particulière, dans un manuscrit inédit sans date, rédigé vraisemblablement lorsque Poincaré enseignait à l’École professionnelle supérieure des postes et télégraphes en 1908: Éq. de la Φ Math; Hopkins et Palerme
Problème de Neumann; Acta
Équation des Télégraphistes; Note.
Théorie de la Lumière 2 vol. Potentiel newtonien; Électricité et Optique; Thermodynamique; Capillarité; Théorie des Tourbillons; Élasticité; (note); propagation de la Chaleur; Ondes hertziennes; Genève; T
Conférences sur la télégraphie;
Lorentz et le principe de réaction; la Dynamique de l’Électron.
Articles Eclairage. (Poincaré, MS intitulé ‘‘Sur un point de la Théorie de la Commutation’’, AD 12p, collection particulière, Paris 75017)
La référence à ‘‘Genève’’ correspond sans doute aux Archives de Genève, alors que le caractère ‘‘T’’ signifie probablement les conférences faites à l’École supérieure des postes et télégraphes.

Mes principaux ouvrages relatifs à la Physique sont les suivants :

1° Deux mémoires sur les équations de la Physique Mathématique, publiés l’un dans l’American Journal of Mathematics et l’autre dans les Rendiconti del Circolo Matematico di Palermo.22Poincaré 1890c, 1894c.

2° Des notes sur l’équation des télégraphistes, sur la théorie de l’élasticité, etc.33Poincaré 1893a, 1896g.

3° Un mémoire dans les Acta Mathematica sur la Polarisation par Diffraction.44Poincaré 1892b, 1897.

4° Mes leçons de Physique Mathématique faites à la Sorbonne et publiées chez Naud et dont les principaux sont :

Théorie de la Lumière 2 Volumes.55Poincaré 1892c.

Électricité et Optique 1re édition en 2 Volumes 2e édition en 1 Volume.66Poincaré 1890b, 1891a, 1901.

Thermodynamique.77Poincaré 1892d.

Théorie de la Propagation de la Chaleur.88Poincaré 1895c.

Les Oscillations Électriques.99Poincaré 1894a.

Capillarité.1010Poincaré 1895a.

Élasticité.1111Poincaré 1892a.

Théorie des Tourbillons.1212Poincaré 1893b.

Théorie du Potentiel Newtonien.1313Poincaré 1899b.

5° Un mémoire dans les Acta Mathematica sur la méthode de Neumann et le problème de Dirichlet.1414Poincaré 1896a.

6° Diverses notes sur les ondes hertziennes dans les Archives de Genève.1515Poincaré 1890a, 1891d, 1891b.

7° Des conférences faites à l’École de Télégraphie.1616(Poincaré 1904a, 1907a, 1908b, 1908a.

8° Des articles sur la théorie cinétique des gaz dans la Revue Générale des Sciences et dans le Journal de Physique.1717Poincaré 1894b, 1906a.

9° Des articles sur la théorie de Lorentz et le principe de réaction (archives néerlandaises) et sur la Dynamique de l’Électron (Rendiconti di Palermo)1818Poincaré 1900a, 1906b.

10° Des conférences de nature philosophique faites aux Congrès de Paris et de St Louis.1919Poincaré 1904b.

11° De nombreux articles de vulgarisation dans la Revue Générale des Sciences et dans l’Annuaire du Bureau des Longitudes.

12° J’oubliais des notes des Comptes Rendus sur les rayons cathodiques.2020Poincaré 1896d, 1896e, 1896c, 1896f.

13° Des articles dans l’Éclairage Électrique sur le phénomène de Zeeman et sur des questions d’électrotechnique.2121Poincaré 1899a, 1900c, 1902b, 1904a, 1907a, 1908b, 1908a.

Équations de la Physique Mathématique (1°, 2° et 5°)

Les mémoires cités ont préparé la découverte de Fredholm, en démontrant l’avantage qu’il y a à introduire un paramètre λ par rapport auquel la solution peut s’exprimer par une fonction méromorphe, en mettant en évidence le rôle des fonctions dites fondamentales, en permettant pour la première fois le calcul complet de la hauteur des différents sons émis par une membrane.2222Poincaré 1890c, 1894c. À ce propos voir l’analyse des travaux de Poincaré (Petiau, dir., 1954b, 1–6), ainsi que E. Cosserat et F. Cosserat (1915), V. Volterra (1915), J. Gray (1996), et J. Mawhin (2006). J’ai indiqué plusieurs solutions du problème de Dirichlet;2323Variante : ‘‘J’ai montré indiqué plusieurs solutions … ’’. j’ai montré la généralité et la véritable signification de la solution de Neumann.2424Poincaré 1895b, 1896a. Dans une note des Comptes Rendus, j’ai appliqué la méthode de Neumann au problème général de l’élasticité et montré qu’elle en donne une solution complète.2525Poincaré 1896g. Nous reviendrons plus loin sur l’équation des télégraphistes.

Cours de Physique Mathématique (4°)

Ce cours a été professé pendant 10 ans de 1886 à 1896. Les volumes en question contiennent surtout une comparaison et un examen critique des différentes théories proposées.

Dans la théorie mathématique de la Lumière, le fait que cette comparaison2626Variante : ‘‘… que cette comparaison je montre avant tout le’’. met surtout en évidence c’est l’impossibilité de décider entre les deux sortes de théories optiques, celles qui regardent la vibration comme perpendiculaire au plan de polarisation et celles qui la regardent comme parallèle. Cette impossibilité est foncière et tient à la nature des choses. Ces volumes contiennent également des parties nouvelles en ce qui concerne la diffraction et la propagation rectiligne de la lumière.

Électricité et Optique, les Oscillations Électriques contiennent la discussion et la mise au point des théories de Maxwell, de Hertz, de Larmor, et de Lorentz.2727Poincaré 1901, 1894a.

Dans la Thermodynamique, la partie nouvelle est la démonstration générale du théorème de Clausius (dont la généralité était alors contestée par Bertrand) et cela par deux voies.2828Poincaré 1892d, 1908c.

La Théorie de la Propagation de la Chaleur contient plusieurs procédés nouveaux pour les développements en séries de fonctions fondamentales.2929Poincaré 1895c.

Polarisation par Diffraction (3°)

La théorie de Fresnel est purement géométrique; je veux dire que si elle était rigoureuse, la nature des parois et même l’épaisseur des écrans, ne devraient exercer aucune influence sur les phénomènes. Les expériences de Gouy ont montré qu’il n’en est pas toujours ainsi. J’ai donné l’explication des faits observés par M. Gouy et montré combien dans certains cas la théorie de Fresnel devient insuffisante.3030Gouy 1883, 1884b, 1884a, 1885. Poincaré a analysé les expériences de Georges Gouy dans ses cours (1892c, 223–226; 1892b). Depuis M. Sommerfeld a repris ma méthode pour étudier les cas intermédiaires entre les deux cas extrêmes : celui de Fresnel, qui est le plus ordinaire, et le cas de Gouy que j’avais étudié.3131Poincaré explique les résultats de Sommerfeld (1896) dans son cours de 1896 (cahier de notes de Paul Langevin, Archives Langevin 123). L’année suivante, Poincaré (1897) a comparé ses résultats avec ceux de Sommerfeld.

Ondes Hertziennes (6°)

Parmi les différentes remarques que j’ai en l’occasion de faire au sujet des ondes hertziennes, je signalerai surtout la suivante. On a d’abord comparé les ondes hertziennes aux ondes sonores ou lumineuses ordinaires qui ne sont pas amorties. On a été ainsi conduit à des prévisions qui n’ont pas été confirmées par l’expérience, et ces contradictions ont paru à un certain moment fort embarrassantes. Tel a été par exemple le phénomène de la résonance multiple découvert par Sarasin et de la Rive.3232Édouard Sarasin et Lucien de la Rive . J’ai montré le premier que ces contradictions s’expliquaient par l’amortissement des ondes.3333Poincaré 1891b. Cette explication a été retrouvée un peu après, et je crois indépendamment par Bjerknes.3434Bjerknes 1891. Le rôle de cet amortissement est d’ailleurs capital dans la théorie de la télégraphie sans fil. Je citerai aussi une note des Comptes Rendus où j’ai introduit, le premier, ou un des premiers (point à vérifier), la notion du potentiel retardé.3535Poincaré 1891c. Poincaré fut devancé en 1867 par le physicien danois Ludvig Lorenz, dont le travail était peu connu, ainsi que par G.F. FitzGerald en 1883 (Hunt, 1991, 43). A propos de l’emploi du potentiel retardé, voir Darrigol 2000, 212.

Conférences de l’École de Télégraphie3636Il s’agit de l’École supérieure des postes et télégraphes. (7°)

L’équation des télégraphistes nous fait connaître les lois de la propagation d’une perturbation électrique dans un fil. J’ai intégré cette équation par une méthode générale, applicable à un grand nombre de questions analogues. Le résultat varie suivant la nature des appareils récepteurs placés sur la ligne, ce qui se traduit mathématiquement par un changement dans les conditions aux limites ; mais la même méthode permet de traiter tous les cas.3737Poincaré a trouvé la solution générale (1893a; 1894a, 182–188; 1904a). Voir aussi Picard (1894, 1927), et Hadamard (1937).

Dans une seconde série de conférences, j’ai étudié le récepteur téléphonique; un point que j’ai particulièrement mis en évidence, c’est le rôle des courants de Foucault dans le masse de l’aimant.3838Poincaré 1907a, réédité par Petiau (1954a, 487–539).

Dans une troisième série de conférences j’ai traité les diverses questions mathématiques relatives à la Télégraphie sans fil. Émission, champ en un point éloigné ou rapproché, diffraction, réception, résonance, ondes dirigées, ondes entretenues.3939Poincaré 1908b, 1908a.

Ces conférences ont été publiées dans la collection des cours de l’École et reproduits dans l’Éclairage Électrique.

Théorie Cinétique des Gaz (8°)

Mon cours sur la théorie cinétique des gaz n’a pas été publié ; j’ai donné dans la Revue Générale des Sciences un article où j’examinais et où je réfutais certaines objections faites par lord Kelvin au théorème de Boltzmann-Maxwell.4040Poincaré 1894b. A ce propos voir également le cours de thermodynamique de Poincaré (1892d), et sa correspondance avec Tait (Walter 2007, § 2-55). Dans le Journal de Physique je cherche à concilier cette théorie avec l’irréversibilité des phénomènes, ce qui est la grande difficulté;4141Variante : ‘‘… ce qui est le point’’. et pour éclaircir la question j’examine ce qui se passerait dans diverses hypothèses, plus ou moins éloignées du cas de la nature, telles que seraient celle d’un gaz à une dimension, ou de gaz très raréfiés.4242Poincaré 1906a.

Théorie de Lorentz (9°)

J’ai eu à examiner diverses conséquences de la théorie de Lorentz. J’ai montré qu’elle était incompatible avec le principe de l’égalité de l’action et de la réaction et comment il conviendrait de modifier ce principe pour le mettre d’accord avec cette théorie.4343Poincaré 1900a. Ce résultat a servi de point de départ à Abraham pour ce calcul par lequel il a démontré que la masse des électrons est d’origine purement électrodynamique et que leur masse transversale diffère de leur masse longitudinale.4444Max Abraham (1875–1922) a formulé une expression pour la quantité de mouvement électromagnétique (Abraham 1902); à ce propos, voir A.I. Miller (1981, 55–61). J’ai publié dans les Rendiconti un article où j’expose la théorie de Lorentz sur la Dynamique de l’Électron, et où je crois avoir réussi à écarter les dernières difficultés et à lui donner une parfaite cohérence.4545Poincaré 1906b. Pour une analyse détaillée de cet article fondateur de la théorie de la relativité, voir A.I. Miller (1973).

Rayons Cathodiques (12°)

Parmi ce que j’ai écrit sur les rayons cathodiques, je citerai seulement une note où j’ai déterminé la forme de ces rayons dans un champ magnétique intense et non uniforme. On s’est servi depuis fréquemment de ce résultat, dans les différentes théories de l’Aurore Boréale.4646Poincaré (1896f) explique le phénomène observé par Birkeland (1896), en intégrant les équations du mouvement d’une charge électrique dans le champ d’un pôle magnétique.

Électrotechnique (13°)

J’ai traité dans quelques articles diverses questions d’électrotechnique ; j’ai mis en évidence le rôle des contacts glissants dans les phénomènes dits d’induction Unipolaire sur lesquels les techniciens discutaient à perte de vue ; j’ai montré que la théorie ordinaire de la commutation était inexacte ; d’un autre côté j’ai démontré rigoureusement et d’un manière générale l’impossibilité d’une machine autoexcitatrice sans collecteur, et sans condensateur.4747Poincaré 1900c, 1908b, 1907b.

Conférences Philosophiques (10°)

Ce sont 1° la conférence faite au Congrès de Physique en 1900 et reproduite dans Science et Hypothèse 2° La conférence de St. Louis reproduite dans la Valeur de la Science.4848Poincaré 1900b, 1902a, 1905.

Articles de vulgarisation (11°)

Je n’en parlerais pas si ce n’était dans l’un d’eux que j’ai émis une idée qui quelle qu’en soit la valeur au fond, a eu historiquement une grande influence. Je me suis demandé s’il n’y aurait pas de lien entre la phosphorescence et les rayons X et s’il ne conviendrait pas d’expérimenter sur les sels d’urane; c’est ce qui a déterminé Becquerel à entreprendre ses travaux.4949Poincaré 1896b. Selon Henri Becquerel (1903, 3–4), c’est lui qui aurait communiqué à Poincaré l’idée selon laquelle tout corps phosphorescent émet des rayons comme ceux de Röntgen, comme le remarque Pais (1986, 43). Après avoir été proposé par Poincaré et d’autres membres de l’Institut (§ 2-62-9), Henri Becquerel partagea le prix Nobel de physique avec Pierre Curie et Marie Curie en 1903.

AD 4p. MS 2720, 8.9, Bibliothèque de l’Institut de France.

Time-stamp: "30.01.2017 00:59"

Références