1-1-117. Gösta Mittag-Leffler to H. Poincaré

22/X/1892

Mon cher ami,

Lors ]de[ mon séjour à Paris je vous parlais de M. Bjerknes comme successeur de M. Phragmén pour la chaire de mécanique à notre université.11Bjerknes était assistant à l’institut de Physique de l’Université de Kristiania depuis 1891. Il est nommé chargé de cours à l’Université de Stockholm entre 1893 et 1895. Il y sera nommé professeur de Mécanique et de Physique mathématique en 1895, poste qu’il conservera jusqu’en 1906. Voir lettres 124, 127, 129 et 130. Vous avez confirmé mon opinion que c’était un choix excellent. M. Phragmén s’adresse aujourd’hui officiellement à vous pour avoir votre opinion.22Cette lettre est perdue ainsi que la réponse de Poincaré. Appell, dans une lettre adressée à Mittag-Leffler le 14 décembre évoque cette question en soulignant l’accord de vue entre Poincaré et lui. J’ai parlé à Poincaré de la question du cours de mécanique à l’Université de Stockholm. Il pense, comme moi que le meilleur candidat est M. Bjerknes Fils et que la place de M. Kobb est plutôt marquée pour une chaire de mathématiques pures. Les travaux de M. Bjerknes fils sont importants et sont précisément dans l’ordre d’idées que comporte un enseignement général de mécanique. J’ai d’ailleurs pu m’assurer personnellement en causant avec lui, qu’il joint, à des connaissances théoriques très étendues, le sentiment des réalités physiques et mécaniques.
Les travaux de M. Kobb au contraire, dont les derniers ont été très appréciés à Paris notamment par M. Picard se rapportent à l’analyse pure. Même, dans certains mémoires portant des titres de questions de mécanique rationnelle, M. Kobb traite surtout des problèmes d’analyse, en s’occupant de la classification des intégrales algébriques qu’il rencontre. (IML)
Veuillez me faire le service de répondre si vite que possible.

Pour l’autre candidat M. Kobb je suppose que vous partagez mon opinion qu’il ne soit nullement compétent pour la [mot manquant] en question.33Kobb avait suivi en 1890 certains cours de Poincaré (voir § 98).

Un coup bien rude vient de me frapper aujourd’hui même. Je reçois de Naples la nouvelle que ma sœur bien-aimée Anne-Charlotte Leffler Duchesse de Cajanello44Anne-Charlotte Leffler est décédée à Naples le 21 octobre 1892 d’une péritonite. En seconde noce, elle avait épousé Pasquale del Pezzo, duc de Cajanello. vient de mourir subitement dans une ablusion55Il faut lire ‘‘occlusion’’. intestinale. Elle était comme vous le savez peut-être un des premiers auteurs dans nos pays scandinaves. Elle a écrit des romans et des drames qui sont aussi très connu[s] à l’étranger. Elle était aussi l’amie intime de Sophie Kowalevski dont elle vient de faire la biographie.66Anne-Charlotte Leffler avait écrit de nombreux romans et pièces de théâtre (voir § 41, note LABEL:fn:mittag-leffler41-aclae). Elle avait en outre rédigé une biographie de Kowalevskaja (1892) qui est souvent publiée avec la propre autobiographie de celle-ci.

Votre ami très dévoué,

Mittag-Leffler

ADftS 1p. IML 1624, Mittag-Leffler Archives, Djursholm.

Références