1-1-33. Gösta Mittag-Leffler to H. Poincaré

Små-Dalarö, Dalarö 25/8 188311Cette lettre est recopiée par un copiste. Outre l’original, on dispose du brouillon (Brefkoncept 95).

Mon cher ami,

Veuillez bien m’envoyer les errata dont M. Bobek vous a donné la liste ainsi que ceux que vous aurez peut-être trouvés vous-même. Je les publierai quelque part à la fin d’un tome ou d’un de vos mémoires.22Les corrections et additions aux trois mémoires précédents sont publiées à la fin du quatrième mémoire sur les groupes des équations linéaires (Poincaré 1884, 1916, 300–401) dans le tome 4 (p. 312) des Acta mathematica (1884). Je suis très fâché qu’il y ait tant d’erreurs mais je ne crois pas que la faute soit à nous. Ayant remarqué quelques erreurs dans le premier de vos mémoires j’ai fait de très vifs reproches à celui qui lit les épreuves. Il m’a montré alors que les erreurs se trouvaient dans votre manuscrit même.33Poincaré écrit le 19 novembre, à Eneström, alors, responsable technique de la publication des Acta mathematica : Je vous remercie d’avoir mis tant d’empressement à envoyer mon mémoire à l’impression. Quant aux erreurs qu’on trouve dans le mémoire sur les groupes kleinéens, toutes, sauf une, se trouvent dans le manuscrit. Il en est de même de quelques unes de celles que j’ai signalées dans les mémoires antérieurs. (CHS)

Je suis fort reconnaissant du bon offre de M. Stephanos de vouloir bien traduire en français le mémoire de M. Klein, envoyé de vous. Il me sera pourtant à ce moment bien difficile de publier cette traduction. Il y a tant de mémoires originaux qui sont déjà entre mes mains ou qui me sont annoncés pour le temps prochain que / c’est presqu’impossible de publier maintenant des traductions. La plupart de ces mémoires sont du reste de haute importance.

J’attends avec grand intérêt votre 4e mémoire, et j’admire votre capacité de travailler qui égale votre admirable talent d’inventeur.

Mme Mittag-Leffler est en Finlande chez son père depuis quinze jours et j’irai la chercher au commencement de Septembre. Mon cours commencera le 15 Septembre. Nous avons été, ma femme et moi, en Norvège pendant six semaines. J’en avais bien besoin. J’ai été assez malade tout le temps et je n’ai pu travailler.

Je vous prie, mon cher ami, de présenter mes hommages respectueux à Madame votre femme et d’agréer vous-même l’expression du profond dévouement avec lequel je suis votre très reconnaissant.

G. Mittag-Leffler

ALS 2p. Mittag-Leffler Archives, Djursholm.

Time-stamp: " 9.02.2014 16:23"

Références