1-1-245. Gösta Mittag-Leffler to H. Poincaré

Djursholm le 17 Mai 190911On ne dispose que d’une copie carbone de cette lettre dactylographiée et du brouillon (Brefkoncept 4571).

Mon cher ami,

Voici sous bande recommandée la notice sur vos travaux que vous avez eu la bonté de m’envoyer dans le temps.22Voir §§ 164 à 168, et §§ 172 à 179.

J’ai écrit à M. Lebon33Lebon avait proposé à Mittag-Leffler de rédiger la notice biographique de Poincaré dans le volume consacré à celui-ci de la collection Savants du jour qu’il comptait publier. Mittag-Leffler décline cette invitation en arguant de l’ampleur du travail. A Göttingen, j’étais tellement occupé que je ne trouvais pas le temps à vous répondre. Je voulais de même discuter votre proposition avec M. Poincaré avant de donner une réponse. Je me sens très honoré de votre proposition mais il m’est tout à fait impossible de l’accepter. Pour écrire une telle exposition des travaux de M. Poincaré que vous me demandez il me faudrait au moins une annnée. Pensez donc que d’écrire un tel rapport, c’est d’écrire l’histoire de l’analyse pendant un quart de siècle. M. Poincaré a été partout et où il a été, il a laissé une influence qui restera pour toujours.
Il me fallait encore pour faire un tel travail de me donner entièrement à cette charge. Mais cela m’est tout à fait impossible. J’ai tant d’autres choses à faire. Je ne crois pas non plus que vous trouveriez un autre géomètre sérieux qui se chargerait d’un tel rapport dans le très court espace de temps que vous pouvez accorder. Je ne vois pas d’autre moyen que d’imprimer le rapport de M. Rados. M. Poincaré m’a dit qu’il vous a fait cette proposition. Ce rapport est très médiocre, je le sais, mais c’est mieux que rien et votre bibliographie aura tout de même une très grande valeur et rendra des services profonds à la science. Je vous félicite de tout mon cœur à l’entreprise que vous avez eu le courage à commencer et je suis sûr que tout le monde des géomètres partagera mon opinion sur la valeur de votre travail. (Mittag-Leffler à Lebon, 06.05.1909, IML, Brefkoncept 4556)
Lebon éditera dans la collection Savants du jour une biographie et une bibliographie analytique des écrits de Poincaré (Lebon 1909). La biographie comporte deux sections. La première est composée d’extraits du discours prononcé à l’occasion de la réception de Poincaré à l’Académie française, le 28 janvier 1909, par le directeur de celle-ci, F. Masson. La seconde est constituée d’extraits du rapport sur le prix Bolyai (Rados 1906), présenté par Rados, en 1905 à l’Académie hongroise des sciences.
en lui proposant d’imprimer le rapport de M. Rados. Le rapport est très médiocre sinon mauvais mais que faire. Pour écrire un bon rapport sur vos travaux de mathématiques et de physique mathématique il fallait au moins deux années de travail très assidu même pour quelqu’un qui vous connaît bien. Je crois qu’il sera impossible à l’instant de trouver quelqu’un qui pourra faire un tel travail en ayant en même temps la compétence nécessaire.

Nous arriverons bien mieux au résultat désiré si vous remaniez et amplifiez vous-même la notice sur vos travaux. J’ai déjà pris toutes les dispositions pour commencer à vous imprimer sitôt que le manuscrit sera encore une fois dans mes mains.

N’oubliez pas votre promesse de m’envoyer votre manuscrit sur l’équation de Fredholm que vous avez bien voulu écrire pour les Acta.44Voir § 241, notes.

Il est probable que je m’en irai d’ici pour une quinzaine ou trois semaines, mais vos communications m’arriveront toujours.

Nous avons cette année un printemps extraordinaire. On n’a pas eu quelque chose de semblable depuis l’année 1867. Une température moyenne de 4 ou 5 degrés, une humidité fort désagréable et une suite de tempêtes. C’est que tout le nord de la péninsule scandinave jusqu’en Dalécarlie est encore couvert de la neige et qu’il y a des vrai]e[s montagnes de glace qui flottent dans la Baltique. La végétation n’a aussi guère commencé / à se développer. Ma santé souffre beaucoup de ces conditions climatologiques extraordinaires.

Dans l’espoir que les fatigues à Göttingen ne vous ont fait pas de mal et que vous vous portez bien.55Voir § 243, notes.

Votre ami dévoué

N’oubliez pas à penser à Fredholm pour la classe de mécanique.66Il s’agit de l’élection de Fredholm à l’Académie des sciences de Stockholm. Mittag-Leffler évoque cette question dans sa lettre à Painlevé du 3 février 1909. Après avoir établi la liste des signataires de la proposition ‘‘plus lourd que l’air’’ pour le prix Nobel de Physique, il précise à cette occasion la position de Fredholm. Fredholm n’est pas encore membre de l’Académie — j’ai voulu réserver pour lui une place dans la section de mécanique, mais nous attendons toujours une vacance. Une fois dans la section de mathématiques il ne pourra pas passer à la Mécanique et dans la mécanique il sera beaucoup plus utile. (IML — Brefkoncept 4516)

TLX 2p. Mittag-Leffler Archives, Djursholm.

Time-stamp: "19.03.2015 01:53"

Références