2-42. Henri Moissan

Henri Moissan (1852–1907) passe deux ans comme apprenti pharmacien à Paris, avant de travailler au laboratoire du Muséum d’histoire naturelle, où il entreprend des recherches sur la physiologie des plantes sous la direction de Pierre-Paul Dehérain. Il passe alors son baccalauréat en 1874, sa licence en 1877, et un diplôme de pharmacien de l’École supérieure de pharmacie en 1879. L’année suivante, il soutient une thèse ‘‘Sur les oxydes métalliques de la famille du fer’’ à la Faculté des sciences de Paris.

A partir de 1879 Moissan est maître de conférences et chef des travaux pratiques de chimie à l’École supérieure de pharmacie, où il devient professeur de toxicologie en 1887. Trois ans plus tard il est professeur de chimie inorganique à la même école, et en 1891, il est élu membre de l’Académie des sciences, à la section de chimie. En 1897 il est maître de conférences à l’École normale supérieure, jusqu’en 1899, quand il devient professeur de chimie minérale à l’École supérieure de pharmacie. En 1900, il devient professeur de chimie inorganique à la Faculté des sciences de Paris.

L’isolation du fluor s’était montrée une objective difficile à atteindre, et plusieurs chimistes se sont tués ou blessés en essayant de la réaliser. Pour avoir réussi à isolé le fluor en 1886, Moissan reçoit le prix Nobel de chimie en 1906. Il s’intéresse aussi à la fabrication de diamants, pour laquelle il développe un four électrique très efficace, qui contribue au fondement de la chimie à haute température (Charle et Telkes, 1989, 202; DSB).

Last edit: 6.01.2014

Références

  • C. Charle and E. Telkes (1989) Les professeurs de la faculté des sciences de Paris (1901–1939). Éditions du CNRS, Paris. Cited by: 2-42. Henri Moissan.