3-4-3. Guillaume Bigourdan to H. Poincaré

Paris le 25 avril 1902

Cher Monsieur,

Au sujet de la conversation de tout-à-l’heure, voici les différences que j’ai trouvées à Greenwich entre l’inclinaison donnée par le nadir et celle donnée par le niveau : il s’agit, bien entendu, de l’inclinaison de l’axe de rotation :11À propos de ces mesures, voir Bigourdan & Lancelin (1910).

1902Nadir–NiveauAvril 9+0",0510-0,4910+0,1312-0,7212-0,7613-0,7313-0,6914-1,1814-0,7515-0,8816-0,89

Le 12 on a rapproché une des lampes servant à l’éclairage de l’oculaire nadiral, de façon à la placer à la même distance que l’autre.

Les observations des trois premiers jours n’indiquaient rien de systématique ; et cependant les deux lampes Est et Ouest étaient inégalement éloignées de l’oculaire.

Je dois ajouter que je ne me suis aperçu de cette différence systématique que le 15 avril : aucune préoccupation n’a donc pu influencer les résultats du 12 et du 13.

M. Dyson et M. Hollis trouvent aussi une différence du même genre, mais deux fois plus petite en valeur absolue.22Frank Watson Dyson (1868–1939); Henry Park Hollis (1858–1939).

À Greenwich, où je pouvais pointer le nadir presque tout le temps, je compte faire des observations nombreuses pour tâcher de trouver la cause de cette différence. Peut-être même pourrions nous faire plus tard la même étude à Paris, car j’espère arriver à améliorer notre bain de mercure; malheureusement dans les quelques heures qui me séparent de mon départ, je ne puis guère faire d’essai.33Le bain de mercure permet de réaliser des visées nadirales. C’est l’un des accessoires dont l’instrument méridien, construit par la maison anglaise Troughton & Simms, fut équipé.

Je vous prie, cher Monsieur, d’agréer l’expression des meilleurs sentiments de votre serviteur,

G. Bigourdan

ALS 3p. Collection particulière, Paris 75017.

Time-stamp: " 2.05.2016 17:35"

Références

  • G. Bigourdan and Lancelin (1910) Détermination de la différence de longitude entre les méridiens de Greenwich et de Paris, exécutée en 1902. Annales de l’Observatoire de Paris; Mémoires 26, pp. B1–B214. Cited by: 3-4-3. Guillaume Bigourdan to H. Poincaré.