2-4-2. Henri Becquerel to H. Poincaré

Ce 24 janvier 1882

57 rue Cuvier11Cette adresse est celle du Muséum d’histoire naturelle où se trouve le laboratoire d’Edmond Becquerel.

Mon cher ami,

J’ai mis bien longtemps à te répondre parce que j’aurais mieux aimé causer avec toi plutôt que t’écrire.22Becquerel répond à la lettre que Poincaré lui envoie après leur rencontre du 16.01.1882 (§ 2-4-1). Ne t’ayant pas vu à l’institut Lundi, et ne pouvant disposer de mes journées je me décide à t’envoyer un mot de réponse.33Becquerel est répétiteur auxiliaire à l’École polytechnique depuis 1876 (Lemartin de Raspide 2000, 192). C’est du reste à peu près ce que je t’ai dit il y a Lundi huit jours. Dans la série de transformations que tu fais subir à tes solénoïdes, tu interromps le courant, et tu le rétablis ensuite pour revenir à l’état initial. Or il me semble que dans la mise en équation tu oublies les courants d’induction qui se produisent par le fait même de la rupture du circuit, ou de la fermeture de celui-ci, courant qui est le même que si les solénoïdes s’écartaient à l’infini, ou venaient de l’infini.44Ampère avait appelé solénoïde le système constitué par un empilement de boucles fermées parcourues par le même courant (Darrigol 2000, 26); Poincaré en fera un modèle mathématique (Poincaré 1891, 138).

En partant de la 2e position, interrompant le courant pour le rétablir quand les solénoïdes sont revenus à la 1re position tu fais donc la même chose que si tu ne faisais pas cesser le courant et que tu écartais les solénoïdes à l’infini pour les rapprocher ensuite à la distance qui correspond à la 1re position.

Le travail est donc exactement le même que si tu revenais directement de la 2e position à la 1re sans faire cesser le courant, auquel cas tu aurais produit un travail exactement égal et contraire à celui qui résulte de la 1re opération.

Quant à la substitution d’un aimant au solénoïde, il se produit dans l’aimant un changement de distribution magnétique. On ne peut considérer que des changements temporaires, car les phénomènes permanents tiennent à l’état moléculaire des corps et échappent jusqu’à présent à tout contrôle théorique. Un changement de distribution magnétique équivaut à un travail puisque le retour à l’état d’équilibre produit un courant d’induction.

Que l’aimant s’échauffe ou se refroidisse pendant ce changement de distribution magnétique cela est très vraisemblable, mais il est très probable que les réactions moléculaires ont une grande part dans les phénomènes calorifiques. Ainsi il est reconnu par expérience que lorsqu’on aimante les aimants qui servent pour les machines, en changeant plusieurs fois le sens du courant qui les aimante, ou simplement en interrompant périodiquement celui-ci, les aimants s’échauffent considérablement et il me semble que cet effet est dû au travail moléculaire auquel donne lieu l’aimantation.

Tu vois que ces phénomènes sont fort complexes, surtout lorsque l’on cherche ce qui se passe dans les corps magnétiques, pour lesquels l’état moléculaire joue un rôle capital.

Si tu désires de plus amples renseignements je suis toujours à ta disposition et serai heureux de causer avec toi de tes solénoïdes, en particulier, et de tout en général.

Présente je te prie mes compliments respectueux à madame Poincaré et crois moi,55Henri Poincaré a épousé Louise Poulain d’Andecy, la fille d’un banquier, le 24.04.1881.

ton tout dévoué,

Henri Becquerel

ALS 4p. Collection particulière, Paris 75017.

Time-stamp: " 3.09.2016 13:10"

Références